Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 19:39
Le blog déménage!

Après plusieurs années passées à blogger ici, j'ai décidé de déménager. Retrouvez-moi sur A (Little) Hint of Fashion pour de nouveaux articles mode, beauté et culture!

Published by Queen-bee
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 17:52

Combien ?


Une-femme-gache-en-moyenne-221000-euros-en-cosmetiques-au.JPGA l’heure où la croissance s’avère décevante et où l’accès à la propriété recule, vous pourriez être tentée de reposer ce rouge à lèvres que vous étiez sur le point d’acheter. La marque Vaseline vient en effet de rendre publics les résultats d’une étude menée au Royaume-Uni qui fait la lumière sur ces achats cosmétiques compulsifs qui finissent par nous valoir une petite fortune.

Si le lipstick index tend à prouver que les femmes achètent plus de rouge à lèvres en période de crise (pour palier à ce qu’elles ne peuvent plus s’offrir), il se pourrait bien qu’elles aient tendance à se laisser aller un peu. D’après l’étude conduite par Vaseline, une femme dépenserait près de 221 000 euros (£180 000) dans des cosmétiques qu’elles n’utiliserait pas au cours de sa vie.

Que celles qui secouent déjà la tête d’un air défiant en tentant mentalement de se rassurer sur leur consommation de maquillage cessent de s’épuiser. Sur les 840 crèmes hydratantes, 360 vernis à ongles et 300 rouges à lèvres qu’une femme achètera, elle n’en finira que 10% et gâchera en moyenne 5846 produits. Le top 4 de ces malheureux délaissés ? Les vernis à ongles (merci à la tendance nail art et à ce vernis que vous avez récemment acheté pour vous faire les mêmes ongles que Rihanna avant de reculer et reprendre votre Ballet Sleepers Essie), les shampoings et après-shampoings (tous ceux censés vous faire la crinière de Blake Lively), les rouges à lèvres et gloss (pour suivre les tendances nude, rouge, rosie, glossy et matte), les parfums (pour changer d’identité en même temps que vous changez de fragrance) et bons derniers, les gels douche (mais enfin, qui collectionne les gels douche ?).

Lorsqu’on sait également que la tendance nude fait des ravages depuis quelques années (et les beaux jours d’Urban Decay), on est en droit de se demander combien cela nous aurait coûté dans les 80’s. En attendant, il est peut-être encore temps d’annuler cette commande Sephora…

 

Published by Queen-bee - dans Beauté
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 08:49

Enfin.


C’est un livre qui aura traversé les décennies sans prendre une ride. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, le roman phénomène d’Harper Lee paru en en 1960 et récompensé par le Prix Pullitzer en 1961, sera finalement disponible en édition numérique dès cet été. « Je suis toujours vieux-jeu », a-t-elle fait savoir par le biais de son éditeur, Harper Collins. « J’aime les livres poussiéreux et les bibliothèques. Je suis émerveillée et émue que L’oiseau moqueur ait survécu aussi longtemps. C’est L’oiseau Moqueur pour une nouvelle génération ».

L’édition numérique de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur sera disponible à partir du 8 juillet. 

7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 18:29

Parce que le premier épisode de la saison 4 sera disponible dans quelques heures (après le bug épique de HBO Go), petit récap de qui est qui et qui fait quoi.


La-nouvelle-saison-de-Game-of-Thrones-arrive---DR.jpg

Jaime Lannister

Le beau gosse de Port Real, meilleur chevalier de la région et accessoirement amant de sa sœur Cersei et père de Joffrey (mais chut, c’est un secret, même l’inceste est trop immoral pour les Lannister). Il est aussi régicide, ce qui lui vaut d’être dédaigné de tous bien qu’il ait transpiré qu’il aurait en fait tué le roi pour sauver tout le monde.

Principale activité : Se pavaner et narguer tout le monde avec son épée.

Situation à la fin de la saison 3 : A perdu une main et est de retour parmi les siens.

 

Cersei Lannister

La reine, amante et sœur de Jamie mais aussi mère de Joffrey, sur la santé mentale duquel elle commence à se poser des questions. Hautaine mais résignée, elle pensait avoir le dessus sur tout et tout le monde mais n’est qu’une femme et dans GOT, ce n’est pas grand-chose.

Principale activité : Distiller à tour de bras des petites phrases assassines.

Situation à la fin de la saison 3 : Heureuse de voir Jaime revenir. Pour éviter son mariage prévu avec Loras ?

 

Tyrion Lannister

Le troisième rejeton Lannister. Nain dont la mère est morte en couche, il est rejeté depuis l’enfance et a en contrepartie développé un sens de l’humour et un cynisme sans pareil. Aime l’alcool et les prostituées, une en particulier.

Principale activité : Visiter Little Finger et se saouler (et vice-versa). Lit beaucoup.

Situation à la fin de la saison 3 : Marié à Sansa Stark à qui il doit faire un enfant rapidement.

 

Joffrey Baratheon

Le roi de 16 ans, fils de Cersei et Jamie Lannister (détail bien sûr gardé secret). Il aime tourmenter Sansa (son ancienne promise), tester son arbalète sur les prostituées de Little Finger et tente d’asseoir son autorité comme il le peut.

Principale activité : Terrifier ceux qui l’entourent.

Situation à la fin de la saison 3 : Complètement jeté.

 

Sansa Stark 

La fille ainée de Ned Stark qui rêvait d’épouser un Lannister… ce qu’elle a fait, même si ce n’est pas vraiment ce qu’elle espérait.

Principale activité : Arpenter les couloirs du palais en soupirant.

Situation à la fin de la saison 3 : Mariée à Tyrion Lannister qui veut (doit ?) lui faire un enfant.

 

Arya Stark

La fille cadette de Ned Stark qui parcourt le pays à la recherche de sa famille… ou plutôt ce qu’il en reste : sa mère et son frère Robb sont morts pendant le Red Wedding, son père a été décapité et son frère Brian est parti voir ce qui se cachait de l’autre côté du Mur.

Principale activité : Retenir les noms de ceux qui ont offensé sa famille pour mieux préparer sa vengeance.

Situation à la fin de la saison 3 : Elle voyage en compagnie du Limier qui entend bien la ramener à Port Real pour toucher une récompense.

 

Jon Snow

Le bâtard de Ned Stark qui s’est enrôlé dans la Garde de Nuit avant de déserter pour rejoindre les troupes ennemies, rencontrer l’amour, se faire tirer dessus par ledit amour et regagner ses pénates.

Principale activité : Déambuler en peau de bête.

Situation à la fin de la saison 3 : De retour à la Garde de Nuit, au pied du mur (ah ah).

 

Daenerys Targaryen

La véritable héritière du trône à la chevelure peroxydée. Une apparence de poupée Barbie qui cache un mental de guerrière. Mère de trois dragons, elle est à la tête d’une puissante armée qu’elle compte bien utiliser pour récupérer son dû.

Principale activité : Libérer des esclaves et se constituer une armée.

Situation à la fin de la saison 3 : Adulée.


26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 11:59

Ca fait beaucoup.


Six femmes sur dix ont déjà préparé leur mariage avant d'avoir rencontré leur fiancé / DROn dit qu’il est bon pour une femme de savoir ce qu’elle veut et il semblerait que certaines aient pris cet adage au pied de la lettre. La branche UK du fleuriste Interflora vient de conduire un sondage sur le mariage au Royaume-Uni et les résultats sont édifiants. Il en ressort en effet que six célibataires sur dix ont déjà préparé leur mariage (robe, fleurs etc…). Cependant, 58% d’entre elles avouent qu’elles n’en parleraient jamais avec leur nouveau petit ami (ça peut se comprendre). Et sur les 600 femmes interrogées,  près de la moitié ont confié avoir déjà choisi leurs demoiselles d’honneur.

« C’est romantique de penser qu’il y autant de femmes qui ont hâte de tomber amoureuses et vivre un mariage fantastique », a expliqué une porte-parole d’Interflora. « Nous savons combien les gens réfléchissent à tous les aspects de leur mariage bien avant de décider ce qui leur convient. Faire des recherches et glaner des idées pour le jour le plus important de votre vie est très important. » Et ce ne sont pas les 22% de femmes qui possèdent un album dédié à leurs idées et les 17% qui sont déjà allées au Salon du mariage qui viendront la contredire.

Pour celles qui se poseraient des questions pour savoir où elles se situent, l’étude a démontré qu’en moyenne, une femme commencerait à penser à son mariage à l’âge de 13 ans (et une sur dix commence même alors à mette de l’argent de côté). Pour le reste : 49% ont déjà choisi leur type de robe, 32% la destination de leur lune de miel, 23% les fleurs, 20% leur coiffure, 17% ont déjà pensé au menu de la réception, 12% ont pensé au gâteau, 12% ont pensé à leurs vœux (sans même avoir rencontré le futur marié, rappelons-le) et 6% ont déjà arrêté une date. Avec ça, on peut être sûrs que l’industrie du mariage a encore de beaux jours devant elle. 

Published by Queen-bee - dans En vrac
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 15:02

Qui l’eut cru ?


Le selfie, cette tendance en vogue de se prendre en photo en tenant son téléphone à bout de bras est en train de faire des ravages. En plus de devenir de plus en plus dangereuse (la dernière folie sont les selfies pris au volant), cette pratique est en train de devenir un problème de santé publique. Du moins c’est ce qu’avance un médecin Californien. Marcy McQuillian, une experte en lentes (oui oui, ça existe) de Sotts Valley affirme que le selfie est responsable d’une épidémie. « J’ai remarqué une grande augmentation de la présence de lentes chez les ados cette année », a-t-elle expliqué à SFist. « Normalement, je traite de jeunes enfants, qui sont plus à risque, étant donné leurs nombreux « contacts de tête ». Mais désormais les ados collent leurs têtes les uns aux autres tous les jours pour prendre des photos avec leurs portables. » Et c’est là que ça coince. « Je demande à tous les ados que je traite s’ils prennent des selfies et ils finissent tous par répondre qu’ils en prennent tous les jours. Je pense que les parents doivent en être conscients, tout comme les ados. Les selfies sont marrants, mais les conséquences sont réelles. » 

Published by Queen-bee - dans En vrac
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 12:20

Alors que la couture week s’achève et que la fashion week sera bientôt là, il est temps de faire le point.


Defile-haute-couture-Yanina--Juillet-2012--Marine-Poyer.jpgIl n’y a qu’un mot qui importe lors des présentations des collections prêt-à-porter. Alors que nous nous contentons généralement d’être en extase devant les merveilles qui s’étalent devant nos yeux, les acheteurs et les investisseurs ne jurent que par une notion : est-ce portable ? Car pour être vendable, et donc rentable, une collection a besoin de séduire le plus possible. Et pour cela, le consommateur doit pouvoir s’imaginer dans les vêtements qui lui sont présentés.

 

Il faut reconnaître qu’habiller les femmes n’est pas une chose facile. Alors que la mode se doit d’être ludique, elle doit aussi être fonctionnelle et requiert deux obligations majeures : rendre les femmes belles (nous sommes de vaines créatures) et leur donner du pouvoir (nous devons toujours nous battre). L’ambiguité est là depuis le début. Après la guerre, Christian Dior voulait rendre les femmes attirantes tandis que Coco Chanel voulait les libérer. La meilleure chose à faire (mais la plus difficile) serait de nous rendre attirantes tout en nous libérant, ce que Diane von Furstenberg a très bien réussi à faire avec sa robe portefeuille.

 

Aujourd’hui, il est facile de trouver les vêtements modernes et sexy (tout en restant classe). Vous voulez être une nymphe délicate? Elie Saab fait ça très bien, tout comme Alber Elbaz (Lanvin) et Christopher Bailey (Burberry). Vous voulez être un peu plus rock ? Allez chercher du côté de chez Proenza Schouler ou d’Olivier Rousteing (Balmain). Mais iriez-vous chercher vos enfants à l’école dans un trench translucide ou une mini en cuir à sequins ?

 

Et c’est là que l’importance des femmes qui créent entre en jeu. En 2014, habiller les femmes signifie habiller les mères, les mères qui travaillent, les femmes qui veulent plaire ou non, celles qui travaillent ou restent à la maison. Un vrai casse-tête… dont certaines commencent à se soucier, comme Victoria Beckham, mère de quatre enfants et qui ne cesse de répéter qu’elle veut dessiner pour les femmes comme elle, qui ont des enfants et qui travaillent (et dont la dernière collection est d'ailleurs beaucoup plus fonctionnelle que celle de ses débuts). L’amorce avait déjà été donnée par Donna Karan qui, dans les années 80, avait révolutionné le monde de la mode en offrant ses 7 easy pieces, une collection composée de sept pièces coordonnables à l'infini pour éviter de perdre son temps devant la glace le matin tout en ayant chaque jour un lokk différent.  

 

Après tout, la différence entre Coco Chanel et sa robe en jersey et Christian Dior et son tailleur Bar qui nécessitait des mètres de laine, est que la première pouvait sentir ses vêtements (et ne portait d'ailleurs que ses créations). L’an dernier Isabel Marant expliquait à H&M Magazine que son mantra était de ne créer que des vêtements qu’elle porterait elle-même, un conseil qui lui avait été donné lors de ses études au studio Bercot. Et si c’était ça, la solution ? 

 

Published by Queen-bee - dans Mode
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 09:03

Des fois je ne sais quoi penser.


Kim-Kardashian-et-sa-robe-Dior-coupee-en-deux-Instagram-Ki.jpgOn peut imaginer que lorsque Raf Simons dessine une robe, il s’attend à ce qu’elle soit portée de manière personnelle, mais que son œuvre soit « respectée ». Aussi lorsque Kim Kardashian poste une photo d’elle vêtue d’une robe Dior rose coupée en deux (pour coller à la tendance du crop top si chère à son cœur en ce moment), j’ai envie de savoir comment le monsieur réagit. Est-il furieux ? Est-il flatté ? Est-il admiratif (couper en deux une robe valant plusieurs centaines d'euros doit tout de même requérir un certain degré de courage) ?

Sur internet, les avis sont mitigés aussi. Tandis que certains crient au sacrilège, d’autres louent le « génie » de la starlette qui a su là customiser une pièce hors de prix… et surtout, faire parler d’elle. Et c’est majoritairement ce que j’en retiens : en pleine saison des awards où les articles mode vont bon train (Qui porte quoi ? Où ? Comment ?) la rubrique « style » est plutôt encombrée et il peut être difficile de s’y faire une place.  Si déstructurer une robe qui a demandé plusieurs heures de travail à son créateur (on est chez Dior, pas chez Target) est aujourd’hui le seul moyen de faire la une de la presse mode, alors soit. Et après tout, le principe fondamental de la mode n’est-il pas d’être adaptable à tous et permettre à chacun de prendre l’apparence qu’il souhaite ? Sinon on peut toujours s’émerveiller sur la ravissante collection haute-couture proposée par Raf Simons il y a quelques jours.  

Published by Queen-bee - dans Mode
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 09:44

Et c'est en 2014 que ça se passe.


ELLE.jpgIl y a 39 ans (c'était le 17 janvier 1975), Simone Veil faisait voter la loi dépénalisant l'interruption volontaire de grossesse en France. Presque 40 ans plus tard, les mentalités ont régressé, les centres d'IVG ferment et le droit au choix est menacé. C'est pour cette raison que le magazine ELLE (qui d'autre?) appelait dès ce mercredi midi les femmes à se faire entendre sur Twitter via le hashtag #IVGmoncorpsmondroit. Et c'est un succès, il n'y a qu'à voir les nombreuses photos postées sur le réseau social et comme le soulignait Isabelle Duriez, journaliste pour le magazine: "BRAVO! Grâce à vos clics le site ivg.gouv est remonté numéro 1 sur Google." Une bonne chose lorsque l'on sait que ce sont généralement des sites lancés par des organisations anti-avortement, qui apparaissent en premier.  

Published by Queen-bee - dans actu
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 09:03

C'est en tout cas ce que révèle Google. Et comme chacun sait, Google n'a jamais tort.


Google.jpgGoogle. Ce fabuleux moteur de recherche qui fait remonter à la surface des vidéos de lolcats et autres joyeusetés intellectuelles. Qui aurait cru que l'ami G. puisse un jour nous éclairer sur la société dans laquelle nous vivons? (En même temps, étant donné qu'il indexe toutes les recherches, ça parait plutôt logique).

Google donc, a récemment été l'outil de base de Seth Stephens-Davidowitz, qui a découvert que les parents américains ne posaient pas la même question au mage d'internet s'ils avaient une fille ou un fils. Visiblement, l'intelligence est ce qui importe le plus pour les garçons, tandis que les filles sont concernées par les questions portant sur le physique.


D'après Stephens-Davidowitz cela commence dès l'enfance. Les parents d'enfants de deux ans sont deux fois plus susceptibles de demander "Est-ce que mon fils est en avance?" que de s'enquérir de la même chose concernant leur fille (alors que les études montrent que les filles sont généralement plus avancées que les garçons dans les premiers âges de la vie).

Toujours est-il que ce qui concerne l'intelligence semble réservé aux garçons, même son absence. La requête "Mon fils est-il stupide?" est ainsi plus populaire que celle concernant une fille. Mais ces dernières ne sont pas épargnées bien longtemps. "Ma fille est-elle en surpoids?" revient deux fois plus souvent dans les recherches Google que "Mon fils est-il en surpoids?", alors que 30% des fillettes américaines souffrent d'obésité contrairement à... 33% des garçons. Les questions telles que "Ma fille est-elle belle/ moche?" semblent également réservées au genre féminin (et j'aimerais savoir si des fois Google répond "malheureusement, oui").

Faut-il en conclure que les parents américains ont des interrogations plutôt primaires? Pas si vite. D'après Amanda Marcotte, qui a écrit sur le sujet pour Slate, c'est en fait la société qui oblige les parents à se conduire de cette manière. Conscients qu'il importe plus pour une fille d'être mariée et qu'elles payent un prix plus fort un physique ingrat, ils auraient tendance à se focaliser sur ce genre de choses dès l'enfance, espérant que leur fils, même s'il n'est pas le canon du quartier pourra toujours devenir trader ou exercer toute autre profession traduisant une réussite sociale (et on connait tous un 6 qui sort avec un 8 ou un 9, comme quoi...).

En France, il semblerait toutefois que l'on soit fixé sur d'autres traits. Ainsi, lorsque l'on tape "Ma fille est-elle" dans la barre de recherche, Big G. propose (dans l'ordre): "lesbienne, anorexique, hyperactive, autiste, surdouée, en surpoids, précoce, heureuse, vierge, dyslexique". Lorsque l'on fait la même expérience avec "Mon fils est-il", on tombe sur (toujours dans l'ordre): "gay, gay test, dyspraxique, autiste, gay application, hyperactif, gay faire le test, gay question, gay apk, gay iphone" (on remarquera la fantastique intrusion d'Apple dans la dernière proposition). A bon entendeur...   

Published by Queen-bee - dans En vrac
commenter cet article